le produit

l’idée

« C’était l’élément important, le son stéréo, il fallait donc avoir deux enceintes détachées ». Voici le concept à la base du radiofonografo. La mobilité, le dynamisme d’un objet statique par nature. Allié à la recherche d’une forme minimaliste, l’essence même du projet, ou encore le « principal élément de conception » comme aimaient l’appeler les frères Castiglioni.

l'idea
il progetto

le projet

Une mobilité, trois configurations différentes, des enceintes positionnables à l’envi, des roulettes pour transporter l’appareil à n’importe quel endroit de la maison. Au service de la meilleure expérience d’écoute possible. Enfin, le sourire unique qui en fait un objet ami, un compagnon musical, rapprochant la technologie de l’utilisateur, qu’Achille lui-même qualifiera d’« objet expressionniste ».

le radiofonografo

Un jeu modulaire, un objet que l’on déplace, deux enceintes et plusieurs combinaisons possibles. Sur le corps central, un encombrement minimal, pour écouter la radio. Sur les côtés, suspendues, pour écouter les vinyles. Détachées, posées au sol, partout dans la pièce, pour profiter au mieux du son stéréo. Le radiofonografo est tout cela, le charme de la simplicité.

radiofonografo
l'asta

la vente aux enchères

le charme du radiofonografo, de sa naissance à nos jours, n’a jamais cessé de conquérir tout le monde, jeunes et plus âgés, grands artistes et personnes ordinaires. David Bowie lui-même en possédait un exemplaire dans sa collection, récemment vendu aux enchères par Sotheby’s aux côtés d’œuvres de Marcel Duchamp, Meret Oppenheim, Ettore Sottsass, Damien Hirst, Frank Auerbach.